20Déc

ATELIER DE VALIDATION DU PLAN D’ACTIONS POUR LA PREVENTION DES RISQUES D’EXPLOITATION

Tous travaux de construction ou de réhabilitation d’infrastructures de tout genre est susceptible d’engendrer des impacts négatifs majeurs sur l’environnement et les populations riveraines, surtout quand ces travaux nécessitent le recrutement de mains d’œuvres extérieures.

Dans la mise en œuvre du PARU, il est prévu la réalisation d’ouvrages de drainage, de routes et d’infrastructures de gestion des déchets. Malgré les objectifs visés par la réalisation des travaux, les risques de violences basées sur le genre, d’Exploitations, d’Abus Sexuels et Harcèlement Sexuels (EAS/HS) et de Violence Contre les Enfants (VCE), de propagation des IST, du VIH/SIDA, des grossesses non désirées liés à l’afflux de la main d’œuvre qui sera mobilisée pour l’exécution des travaux n’est pas à exclure.

C’est ainsi que pour prévenir ces risques, le PARU a donc convié l’ensemble de ses partenaires de mise en œuvre les mardi 14 et mercredi 15 décembre dernier, à un atelier pour la validation du rapport provisoire du plan d’actions pour la prévention et la réponse aux risques d’Exploitations, d’Abus sexuels et de Harcèlement Sexuel (EAS/HS), ainsi que de Violences Contre les Enfants (VCE) qui a été élaboré dans le cadre de la mise en œuvre des activités du PARU.

Outre la validation de ce rapport, une formation sur les Violence basées sur le Genre a été faite par Mme Brigith GBADI, sociologue expert en VBG, consultante ayant élaboré le rapport.

Cet atelier qui s’est tenu en deux demi-journées a vu la participation de plusieurs structures partenaires de mise en œuvre du PARU notamment les préfectures d’Abidjan et de Grand-Bassam, les Mairies d’Abobo, de Yopougon et de Grand-Bassam, le Ministère de la construction et de l’urbanisme, la SODEXAM ainsi que toute l’équipe du PARU.

Cette formation a permis à l’ensemble des participants de comprendre la thématique du genre et de mieux identifier les « violences basées sur le genre ». La qualité des interventions a révélé l’importance accordée à cette thématique.

L’atelier s’est achevé par la validation du rapport provisoire du plan d’actions pour la prévention et la réponse aux risques d’Exploitations, d’Abus sexuels et de Harcèlement Sexuel (EAS/HS), ainsi que de Violences Contre les Enfants (VCE).